Les 2nd Bac Pro Services de proximité et de vie locale (SPVL), futurs travailleurs sociaux dont le terrain d’action sera la ville, sont engagés grâce à un projet Street Art. Un projet  Région ALYCCE destiné à leur faire découvrir une culture urbaine qui longtemps marginale est devenue très appréciée d’un public qui se presse devant les fresques souvent gigantesques qui parent les murs de nos villes.

Stéphane Chatry, qui s’occupe de la Revue ARTIVISTE nous accompagne dans la mise en oeuvre de ce projet. Il a fait appel à l’écrivain, universitaire, critique d’art et commissaire d’exposition Paul Ardenne pour animer une première séance destinée comprendre comment depuis les années 60 la culture urbaine s’est développée tant dans les formes que dans les supports : tag, block letters, Giffity, laser…

La réflexion a été portée sur les questions de l’identité, des modes d’expression légaux et illégaux, des combats que mènent certains groupuscules dans les villes (contre la publicité, pour l’écologie, pour la liberté, luttes sociales…).

Le Lycée d’Alembert se situe dans un quartier, le 19e arrondissement, très en lien avec les cultures urbaines. Plusieurs festivals se déroulent chaque année à proximité du Lycée tels que 100 % HIP HOP à la grande halle de La Villette, Urban Festival le long du Canal de l’Ourcq. Des manifestations qui mobilisent des artistes urbains qui réalisent en live de grandes fresques sous les yeux d’un public émerveillé. Les travailleurs sociaux montent souvent des ateliers street art car ce mode d’expression, coloré, accessible, assure un lien entre tous les publics.

Le but du projet est d’initier ces jeunes à cet art tant dans le contenu historique que dans la pratique. Les jeunes auront l’occasion de travailler en étroite collaboration avec un artiste, TEURK, la notion d’identité.

 

atelier-street art-lycee-d-alembert-paris

Facebooktwittergoogle_plustumblr